• REVERIE DU JOUR..LA VIE..

    VOUS METTEZ VOTRE FRONT OU VOTRE OREILLE

    CONTRE LE TRONC D UN ARBRE

    VOUS ENTENDREZ PEUT ETRE QUELQUES UNS DES ECHOS ET DES RESONNANCES

    QUI DISENT LES BALBUTIEMENT S  DU MONDE

    QUELQUES MURMURES VOUS CONCERNANT

    POUR AFFRONTER LES POSSIBLES DE VOTRE VIE

     

    APPROCHEZ VOUS SERREZ UN ARBRE DANS VOS BRAS

    RESPIREZ ECOUTEZ EN SILENCE

    PRENEZ LE TEMPS DE VOUS RELIER A SA VIBRATION PROFONDE

     

    PEUT ETRE ALLEZ VOUS SENTIR ET DECOUVRIR QUE LA VIE D UN ARBRE

    EST AUSSI IMPORTANTE QUE LA VIE D UN HOMME.....

    REVERIE DU JOUR..LA VIE..


  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Janvier 2014 à 19:21
    Couleur-Parenthèse

    Bien entendu ma Gilliouchka que j'ai fait cette rencontre-là avec les arbres! Cela me rappelle un moment très particulier justement dont je vous avais parlé sur mon blog  de "Bleue-Farandole". Les arbres sont nos amis et ils nous enseignent bien des choses de la vie! je t'embrasse ma Gilliouchka! Bien à toi! A+! 

    2
    Mercredi 15 Janvier 2014 à 15:59
    LADY MARIANNE

    oui les arbres communiquent-
    les druides s'en servaient-
    et il existe un horoscope avec notre signe te le nom d'un arbre-
    bonne fin de journée ! gros bisous !

    3
    Mercredi 15 Janvier 2014 à 23:22

    tout ce qui vit dans la nature est important et peut nous apporter beaucoup

    4
    Jeudi 16 Janvier 2014 à 04:01

    Bonsoir d'un oiseau de nuit !

    C'est très beau et très vrai ce que vous dites  ! J'y crois profondément ! Les arbres sont vivants, ils ont une espèce d'âme que seuls peuvent déceler ceux qui les aiment de toutes leurs forces ! je vous découvre et c'est un grand, très grand plaisir ! je vais d'ailleurs m'abonner à votre blog !

    Bien cordialement à vous

    Voici un poème qui vous confirmera mon amour des arbres,  tiré de mon roman en 2 tomes :"L'Arbre qui ne voulait pas mourir" publié chez TheBookEdition.com : 

     

    Je suis un arbre

     

     

    Je suis un arbre. J’ai cent ans, j’ai cent-mille ans

    Car je suis tous les arbres de la nuit des temps,

    En mes racines vit la mémoire des miens.

    Je voyage immobile par tous leurs chemins.

     

     

    Dans mes veines de bois coule ma sève folle.

    Ce sang que vous versez chaque fois qu’on immole

    Des arbres pour l’argent quelque part dans le monde,

    En mon être aussitôt, rugit, bouillonne et gronde.

     

     

    Je suis l’arbre en colère contre les humains

    Qui saccagent la terre en oubliant demain,

    Qui brûlent les forêts, bétonnent la nature,

    Prennent les océans pour des dépôts d’ordures.

      

     

    Je suis l’arbre qui pleure la mort des baleine.

    En moi quelque fois hurle une impuissante haine.

    Je voudrais me lever et retenir vos bras

    Qui sèment trop souvent l’horreur et le trépas.

      

     

    Mais l’émotion m’étreint quand je vois un enfant

    Endormi à mon ombre, heureux et insouciant

    Quand le chat sur ma branche contemple la lune

    Dont la pâle clarté vaut toutes les fortunes.

     

     

    J’ai vieilli, j’ai souffert et je suis tout tordu

    Mon feuillage autrefois était certes plus dru,

    Mon tronc bien plus solide et plus verts mes branchages.

    J’ai résisté pourtant à des milliers d’orages,

     

     

    Aux mauvais coups de l’Homme, aux plus fortes tempêtes.

    Et jamais non jamais, je n’ai baissé la tête.

    C’est vrai,  je suis usé, j’ai vécu si longtemps !

    Je ne suis qu’un vieil arbre mais je suis vivant.

     

     

    A-M lejeune

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je

     

    ,

     

      

      

     

      

     

      

      

     

     

    5
    Lundi 20 Janvier 2014 à 10:02

    Que de jolies couleurs pour ces arbres! Cela donne une photo très expressive.

    Bonne journée

    Violette

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :